Actualités

Mauritanie : Le ministère public s’indigne des propos de la défense d’un suspect

le ministère public déclare que la défense d’un suspect dans des affaires de corruption, objet d’enquêtes en cours, a tenu des propos éloignés de tout professionnalisme, et contraires à la réalité.

Dans un communiqué publié ce mercredi, le ministère public s’indigne des fausses allégations tenues dans un discours de propagande et l’invocation d’un passé, reconnu par tous, d’exception. Il confirme que tous les droits du suspect, y compris son droit à la défense, ont été scrupuleusement respectés, et lui ont été communiqués ; les durées de la garde à vue fixées par les articles 57 du code de procédure pénale et 27 de la loi sur la lutte contre la corruption, ont été strictement observées.

Le communiqué souligne que le suspect a reçu quotidiennement la visite des membres de sa famille, et que sa défense est restée en communication permanente, et sans entrave aucune, avec lui, dès sa mise en garde à vue.

Le ministère public précise également que la défense a été informée de la possibilité d’assister à ses interrogatoires, si elle le souhaite, malgré le désaccord sur l’interprétation de l’ « assistance » prévue dans l’article 32 de la nouvelle loi organisant l’ordre national des avocats.

Il assure que les moyens de défense à charge ou à décharge sont débattus devant les tribunaux et non par voie de presse.

 » L’attention qu’accorde le ministère public à la régularité des procédures (…) trouve sa source dans la bonne application de la loi qui est son devoir, le socle de son action et l’essence de ses attributions « , conclut le communiqué.

Les avocats de Mohamed O. Moussabou, gendre de l’ancien président Mohamed O. Abdel Aziz avaient déclaré que le nom de leur client a été cité dans un dossier avec lequel il n’ a rien à voir, faisant référence à l’enquête préliminaire menée par la police chargée des crimes économiques et financiers, à propos d’une enquête parlementaire faisant état de corruption lors du pouvoir de l’ancien président.

Selon l’équipe de défense du gendre de l’ancien président le parquet général n’a pas respecté les procédures et a transgressé toutes les lois.

Lors d’une conférence de presse mardi dernier, les avocats ont déclaré que les dispositions suivies dans le dossier de leur commettant sont entachées de graves violations jamais enregistrées dans le pays même sous le pouvoir militaire.

Pour Me Moctar O. Ely rien ne justifie l’interpellation de leur client qui n’a jamais occupé un poste public, ni effectué un marché public ni géré un budget public.

Pour les avocats la seule raison qui a prévalu pour l’arrestation de leur client est qu’il est le gendre de l’ancien président, estimant que c’est la première fois que les familles et les proches d’un ancien président sont entrainés dans un clivage politique.

Les avocats ont cité ce qu’ils ont appelé des violations des procédures en interrogeant par exemple leur client en dehors des heures de service, d’avoir empêché ses avocats de l’assister comme le prévoit la loi et sa détention pendant 9 jours, dépassant largement la durée légale de la garde à vue prévue par la loi.

Les avocats de la défense du gendre de l’ancien président ont invité les autorités mauritaniennes à arrêter ce qu’ils ont appelé les mesures arbitraires menées contre leur client, d’éviter de l’impliquer, dans l’avenir, dans des dossiers avec lesquels il n’a rien à voir et d’arrêter immédiatement les poursuites menées contre lui.

Articles liés