Actualités

Mali : les conseils de Jerry Rawlings à la junte

L’ancien Président ghanéen, Jerry John Rawlings, a reçu, hier dans sa résidence à Accra, une délégation de la junte militaire au pouvoir au Mali depuis le 18 août 2020. L’ex-chef d’Etat a prodigué quelques conseils à ces jeunes colonels.

De passage à Accra pour prendre part au mini-sommet extraordinaire de la CEDEAO organisé pour discuter de la situation qui prévaut au Mali, la junte au pouvoir dans ce pays a fait d’une pierre plusieurs coups. En effet, en dehors des Présidents Nana Akufo-Addo du Ghana, Alpha Condé de la Guinée et Rock Marc Christian Kaboré du Burkina Faso, Assimi Goita et ses camarades ont eu un tête-à-tête avec l’ex-Président ghanéen, Jerry John Rawlings.

Fort de son expérience d’ancien Président, J. J. Rawlings, ancien putschiste parti du pouvoir en 2000, après le second mandat auquel la Constitution de la IVe République l’autorisait (il aura passé en tout 19 ans au pouvoir), et devenu depuis, une personnalité très respectée dans la sous-région, a profité de l’opportunité pour prodiguer quelques conseils à ces jeunes militaires qui se trouvent à la tête du Mali depuis bientôt un mois.

Au plan économique, Jerry Rawlings exhorte les nouveaux dirigeants du Mali à utiliser la période de transition pour faire preuve d’un leadership exceptionnel pour le pays et à l’ouvrir à une ère de prospérité. De même, il encourage les militaires à mobiliser leur population pour qu’elle se lance dans une activité productive, dans le cadre d’une vision positive visant à stimuler le développement du pays.

Au point de vue politique, le « flight lieutenant » recommande à l’équipe dirigeante malienne d’œuvrer pour l’amélioration de la qualité de la démocratie multipartite, même si on comprend aisémentn à travers ses propos, qu’il n’est pas très emballé par cette forme de démocratie. Puisqu’on lit clairement ceci sur sa page Facebook : « Il (J. J. Rawlings, ndlr) leur a également conseillé de responsabiliser et d’encourager le peuple à s’approprier son climat politique, et d’améliorer la qualité de la démocratie multipartite que les puissances occidentales « ont accrochée autour de notre cou » ».

Sur la même lancée, J. J. Rawlings poursuit, dans le langage direct qu’on lui connaît bien : « Le niveau de corruption qui est devenu une partie intégrante de la démocratie multipartite a créé un climat général de stress et de tension qui pourrait déstabiliser certaines zones de notre région. Il est regrettable que le monde soit contraint à une démocratie multipartite où règnent la corruption et la violence plutôt que d’autres formes de pratiques démocratiques où la corruption est nulle ou minime. Malheureusement, l’Occident semble favoriser des tendances politiques corruptibles afin de continuer à dominer notre sécurité et notre économie » ».

Enfin, l’ancien Président a incité les militaires à gouverner avec humilité et diligence, et à amener le peuple, par leur propre comportement, à combattre la corruption et l’injustice.
La délégation de la junte était composée de quatre personnes : le colonel Assimi Goita, lui-même, le colonel major Ismaël Wagué, le major Talibé Konté et le capitaine Demba N’daw. Etaient également présents à la rencontre l’ambassadeur du Mali au Ghana, Abdoul Kader Touré, et la propre fille de Rawlings, Zanetor Agyeman Rawlings.

Articles liés