Actualités

Des Wolofs de Mauritanie protestent contre leur absence du gouvernement

« Nous tenons à informer l’opinion publique nationale au nom de toute la communauté Wolof de Mauritanie de l’indignation générale de notre communauté face à l’absence totale de ministres Wolofs dans le nouveau gouvernement de la République Islamique de Mauritanie » ont écrit des représentants de cette communauté dans une déclaration ce samedi. Cette déclaration fait référence au premier gouvernement d’après élection présidentielle du 22 juin en Mauritanie.

Les rédacteurs de la déclaration constatent que « toutes les autres communautés mauritaniennes sont représentée dans ce gouvernement. » Il s’agit des arabes, soninké et peul. Ces rédacteurs rappellent aussi  « qu’une campagne sans précédente avait été menée par des mauritaniens patriotes membres dela  communauté wolof pour l’élection au premier tour du Président de la République, Mohamed Cheikh Ghazouani. »

« La communauté Wolof de Mauritanie ne manque pas des cadres diplômés et ne manque non plus de responsables politiques » indiquent les rédacteurs de la déclaration.

A l’adresse du Chef de l’Etat, ils écrivent « Nous voudrions rappeler que Monsieur le Président de la République, Son excellence Mohamed Cheikh Ould Ghazouani a promis lors de sa déclaration de candidature, puis lors de sa cérémonie d’investiture qu’il veillerait à ce que toutes les communautés du pays se sentent chez eux et qu’il travaillerait à renforcer l’unité nationale. Nous constatons qu’hélas cette unité nationale est entrain de se construire sans notre communauté. »

Cette impasse sur les  wolofs dans les gouvernements n’a pas commencé avec l’élection de Ould GFhazouani. Les rédacteurs signalent «  qu’à l’exception de deux années pendant le règne de son Excellence Sidi Ould Cheikh Abdallah, notre communauté n’a jamais eu de ministres depuis l’accession de notre pays à l’indépendance, alors que toutes les autres communautés ont toujours été représentées dans tous les différents gouvernements qui se sont succédé au fil des années. »

Ils demandent «  au Président de la République et à son premier ministre d’entreprendre les mesures nécessaires afin de revoir cette situation le plutôt possible. »

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *