Actualités

Algérie : vague d’arrestations de journalistes dans la presse en ligne

Une vingtaine de sites algériens d’information ont dénoncé mercredi une «campagne de criminalisation» de la presse électronique algérienne, dont cinq journalistes ont été incarcérés ces dernières semaines, ainsi que des tentatives de la «discréditer». Ils dénoncent «le recours abusif et injustifié en début d’instruction à l’emprisonnement» de cinq journalistes et éditeurs de presse électronique ces dernières semaines et appellent «à la cessation de la campagne de stigmatisation de la presse électronique» en Algérie.

Abdou Semmar et Merouane Boudiab, rédacteur en chef et journaliste du site Algérie part, ont été placés fin octobre en détention préventive, en attendant leur procès jeudi pour «diffamation» et «atteinte à la vie privée», sur plainte notamment d’Anis Rahmani, patron d’Ennahar TV, plus grand groupe médiatique privé algérien, réputé proche du pouvoir. Directeur des sites Algerie Direct et Dzair Press, Adlène Mellah, a été incarcéré le même jour, selon son avocat, dans une affaire de présumé chantage sur les réseaux sociaux que plusieurs personnalités algériennes. Le Parquet n’a communiqué aucune information sur ces cinq arrestations. Par ailleurs, Saïd Chitour, fixeur, accusé d’«intelligence avec une puissance étrangère» pour avoir livré des «documents confidentiels» à des diplomates étrangers, est lui incarcéré depuis juin 2017.

www.liberation.fr

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *