Actualités

Mauritanie : IRA dénonce une « violence aveugle » de la police contre ses militants

L’Initiative pour la résurgence de l’abolitionnisme (IRA), dirigée par le leader antiesclavagiste mauritanien Biram Ould Dah, a indiqué que ses militants ont fait l’objet d’une « violence aveugle » de la part de la police mauritanienne lors d’une manifestation lundi à Nouakchott.

C’était une violence que « rien ne justifie », s’insurge IRA dans un communiqué rendu public mardi dans la capitale mauritanienne.

Nombre de manifestants de cette ONG s’étaient rassemblés lundi devant le siège de l’Assemblée nationale qui tenait sa première séance pour protester contre la poursuite de la détention de Ould Dah, élu député lors des élections du 1er septembre dernier pendant qu’il est en prison.

« Les unités de la police, armées jusqu’aux dents, venues à la rencontre des militants, n’y sont pas allées de main morte », dénonce IRA, déplorant plusieurs blessés dont l’épouse de son leader.

Inculpé d’incitation à la haine sur plainte d’un journaliste mauritanien, Ould Dah est emprisonné depuis le 7 août dernier à Nouakchott.

IRA réclame par ailleurs la libération de son président et l’ouverture d’une enquête indépendante sur les violences policières à l’encontre de ses militants.

Officiellement aboli en 1980, l’esclavage a été incriminé et réprimé par la loi en 2007 en Mauritanie avant d’être classé « crime contre l’humanité » et qualifié «d’imprescriptible » par une nouvelle loi en août 2015.

MOO/cat/APA

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *