Actualités

Mauritanie : la justice met en échec une mise en faillite manigancée de la Banque de Bouamatou

 

 

La justice mauritanienne a ordonné ce mercredi le gel de plusieurs milliards d’anciens ouguiyas qui ont fait l’objet de transferts massifs de manière frauduleuse et illégale dans le but d’une mise en faillite manigancée de la Générale de Banque de Mauritanie (GBM) filiale du groupe BSA Bouamatou société anonyme, ont indiqué des sources judiciaires dans la capitale mauritanienne citées par le journal  »Al Hassad » spécialisé dans les questions économiques.

Selon les mêmes sources, il s’agit de plusieurs transferts d’argent effectués à parti vde la GBM  vers des comptes épargnes comme dépôt à vue dans des banques locales ordonnés par Mohamed ould Bouamatou et son bras droit et vice-président de BSA  Mohamed ould Debagh dans le but de mettre en faillite la GBM.

Ces fonds ont été virés comme dépôt à vue au nom de Mohamed ould Bouamatou avec l’impossibilité de d’utilisation avant 2019.

Selon les éléments de l’enquête qui frappe le groupe Bouamtou, l’objectif de cette opération frauduleuse mise en échec était de mettre la main sur l’argent de la banque et les dépôts des clients en vue de mettre en faillite la banque et de transformer ses avoirs en biens privés dormant dans des comptes-épargnes.

Mohamed Ould Bouamatou, est visé par une plainte à Paris déposée par des associations pour des soupçons de blanchiment en France.

Les associations plaignantes – l’ONG Avocats sans frontières, l’Observatoire mauritanien de lutte contre la corruption et la Coalition contre la corruption en Mauritanie – suspectent que des « opérations d’investissements mobiliers et immobiliers » réalisés en France par Bouamatou sont « susceptibles de caractériser des opérations de blanchiment et de recel », compte tenu de « l’existence de sérieuses présomptions de corruption, fraude fiscale et d’abus de biens sociaux ».

Ould Bouamatou est également sous le coup d’un mandat d’arrêt international émis par la justice de son pays pour ‘’corruption ‘’ dans le cadre de l’affaire dite ‘’Bouamatou et consorts’’ impliquant des anciens sénateurs, des journalistes et des syndicalistes.

 

 

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *