Actualités

Sahara Occidental: Ghali affirme sa pleine disponibilité à coopérer avec l’ONU pour parachever la décolonisation

 

 

APS – Le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Brahim Ghali, a appelé samedi à Boumerdes à l’impératif de mettre fin à l’occupation marocaine dans les territoires occupés du Sahara occidental, affirmant « sa pleine disponibilité à coopérer » avec le Secrétaire général de l’Onu et son envoyé personnel pour le parachèvement du processus de décolonisation au Sahara Occidental.

 

Dans son allocution d’ouverture de la 9e édition de l’université d’été des cadres du Front Polisario et de la RASD, le président sahraoui a plaidé pour l’application immédiate de la décision du Conseil de sécurité international n°2414 concernant la poursuite des négociations directes entre les deux parties (Front Polisario-Maroc), « sans conditions préalables et de bonne foi, pour mettre fin au conflit du Sahara Occidental conformément aux principes et à la Charte de l’ONU et de l’Union africaine (UA) ».

 

  1. Ghali a exprimé sa satisfaction quant aux « arrêts successifs, directs et clairs de la CJUE venus renforcer une série de décisions et de recommandations émises par l’ONU et l’UA qui confirment dans leur ensemble que la RASD et le Maroc sont deux pays distincts et séparés, et qu’aucun accord conclu avec le Maroc ne peut inclure le territoire du Sahara occidental et les eaux y adjacentes ».

 

« Les arrêts de la CJUE confirment clairement que toute pratique de ce genre constitue une violation flagrante de l’exercice du droit à l’autodétermination. »

 

« Les tentatives de certaines parties au sein de l’Union Européenne (UE) pour contourner ces arrêts représentent une violation de la loi européenne, du droit international et du droit international humanitaire. »

 

  1. Ghali a assuré, dans ce sillage, que le peuple sahraoui, sous la direction de son seul représentant légitime, le Front Polisario « aura recours à tous les moyens juridiques pour faire face à ces pratiques illégales adoptées par l’occupant marocain dans les territoires occupés, lesquelles encouragent les politiques expansionniste, d’agression, de violation des droits de l’homme et de pillage des ressources naturelles ».

 

« En dépit de tous les actes de répression et de brutalité qu’exerce l’État marocain à l’encontre des civils sahraouis sans armes, l’Intifada pour l’indépendance des territoires occupés, dans le sud du Maroc et les sites universitaires se poursuit. »

 

Il s’est dit, en outre, convaincu que « le défi sera relevé et la résistance pacifique contre l’occupation marocaine s’intensifiera en vue d’assurer le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance ». La cause sahraouie a connu, durant les dernières années, un rythme ascendant d’acquis et de victoires, a ajouté le président du RASD, rappelant, dans ce sens, les réalisations de l’État sahraoui à travers « la consécration de sa place au sein de l’Union africaine (UA) qui s’est opposée farouchement aux tentatives fiévreuses de l’État d’occupation marocaine visant à violer ses principes, son statut fondateur, ses décisions, son unité et sa cohésion ».

 

La participation de la RASD aux côtés du Maroc aux réunions et sommets de l’UA y compris ceux relatifs aux partenariats avec des parties internationales, tels que le sommet du partenariat euro-africain à Abidjan, a permis à l’UA, selon M. Ghali, à « appeler, lors du 30è sommet, les Nations unies à fixer une date pour l’organisation d’un référendum de l’autodétermination du peuple sahraoui partant d’un plan de règlement (ONU-OUA) de 1991. Par ailleurs, le 31è sommet de Nouakchott avait décidé de la mise en place d’un mécanisme africain œuvrant à trouver un règlement au conflit entre le Maroc et le Sahara Occidental en coopération avec les Nations Unies ».

 

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *