Actualités

France : Bouamatou au cœur du scandale de la faillite de LSK

 

Si Dominique Strauss Kahn (DSK), le très controversé ancien directeur général du FMI et ami de Mohamed ould Bouamtou est rattrapé par le scandale de la faillite de la société Leyne Strauss-Kahn and Partners (LSK), l’homme d’affaires mauritanien Mohamed ould Bouamatou est lui aussi dans la collimateur de la justice française pour son implication dans cette affaire qui fait l’objet d’une enquête préliminaire de la justice française pour des faits d’escroquerie et d’abus de biens sociaux, a-t-on appris de source judiciaire à Paris.

Les enquêteurs soupçonnent le patron du groupe BSA (Bouamatou société anonyme) d’avoir aidé son ami DSK à des fins politiques pendant la précampagne de Staruss Kahn à la présidentielle française de 2012 à manipuler les données et les documents de la société LSK pour sa mise en faillite et le détournement de ses fonds.

C’est pourquoi  le parquet de Paris mène une enquête préliminaire pour escroquerie et abus de biens sociaux visant directement Dominique Strauss-Kahn, ex-président de la société Leyne, Strauss-Kahn and Partners. Une enquête qui a été élargie récemment aux proches de DSK dont l’homme d’affaires ould Bouamatou qui pourrait être entendu par le parquet de Paris.

Les enquêteurs soupçonnent DSK d’avoir manigancé avec son ami Bouamatou pourtant investisseur dans la société LSK la faillite de celle-ci.

Après l’affaire du Sofitel de New York et celle du Carlton de Lille, un nouveau dossier trouble vient ternir un peu plus le tableau de Dominique Strauss-Kahn.

 

C’est le 28 juillet 2015 qu’une enquête préliminaire contre DSK pour escroquerie et abus de biens sociaux. Trois autres personnes sont visées.

Au cœur de l’enquête, la société d’investissement luxembourgeoise Leyne, Strauss-Kahn and Partners , dite LSK, dont DSK était le président jusqu’en octobre 2014. Son départ, combiné au suicide quelques jours plus tard du Franco-Israélien Thierry Leyne, cofondateur de la société (il s’est défenestré à Tel-Aviv le 23 octobre 2014, alors que l’endettement du groupe était de 50 millions d’euros), a précipité la faillite de LSK en novembre 2014. Au total, le trou est de 100 millions d’euros auprès de 150 créanciers, parmi lesquels figure le fisc luxembourgeois.

L’enquête fait suite au dépôt d’une plainte, fin juin, pour « escroquerie », « abus de biens sociaux » et « faux », par Jean-François Ott, un homme d’affaires français spécialisé dans l’immobilier. Il avait souscrit à une augmentation du capital de la société luxembourgeoise de 500 000 euros. Or, il a perdu toute sa mise. Jordan Trajkov, un homme d’affaires macédonien, qui avait acheté en septembre 2014 huit obligations de LSK à 50 000 euros chacune, a porté plainte à son tour le 8 octobre. Au lieu d’investir les fonds de ses clients dans d’autres sociétés, LSK est accusée d’avoir racheté en sous-main les actions de ses propres filiales pour faire artificiellement monter leur valeur.

Outre les deux plaignants, plusieurs personnes ont beaucoup perdu suite à la faillite du groupe LSK et tout particulièrement Mohamed Ould Bouamatou, ex-roi des cimenteries mauritaniennes, qui avait investi  10 millions d’euros. ce dernier, n’a pas l’intention de porter plainte contre son propre ami DSK , la collision voire la complicité entre les deux hommes écarte cette éventualité, estiment des sources proches de l’enquête. En plus, les soupçons qui pèsent sur un rôle clé qu’aurait joué Bouamatou aux cotés de DSK dans la faillite de LSK laissent croire que toute plainte de l’homme d’affaires mauritanien est à exclure.  Le tribunal de grande instance de Paris est-il compétent pour juger ce dossier ? La plupart des infractions présumées ont été commises à l’étranger et DSK réside désormais au Maroc dans une villa offerte  par son ami mauritanien Ould Bouamatou. Son avocat, Me Jean Veil, affirme en outre que son client n’a jamais « exercé aucune fonction opérationnelle ».

 

Articles liés

2 pensé sur & ldquo; France : Bouamatou au cœur du scandale de la faillite de LSK & rdquo;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *