Actualités Opinions

Mauritanie-Amnesty : le rapport d’Amnesty ou la collision avec les opposants nantis

Ce jeudi dans la capitale sénégalaise l’ONG Amnesty International spécialisée dans les droits de l’homme a sorti un nouveau rapport sur la situation des droits humains en Mauritanie. L’ONG qui ne s’est pas déplacée en Mauritanie pour son rapport hormis la visite éclair de son chef d’antenne ouest africaine le sénégalais Alioune Tine pour ‘’faire connaissance’’ du nouveau Président mauritanien Mohamed ould Abdel Aziz a estimé que l’esclavage persiste en Mauritanie où il touche « 43000 personnes ».

Le rapport ‘’confié’’ à la section d’Afrique de l’Ouest et du Centre d’Amnesty International dirigée par M. Tine confirme la mainmise des opposants nantis du pouvoir mauritanien sur les décisions et l’action de certaines ONGs de défense des droits de l’homme l’objectif étant d’accabler la Mauritanie et de ne tenir coute que coute compte des avancées en matière des droits de l’homme.

Les ‘’opposants nantis’’ convertis en pseudo-mécènes avec à leur tête Mohamed ould Bouamatou  influencent et orientent de manière claire le travail de certaines Ongs . Le dernier exemple celui du tristement célèbre rapport de l’ONG Human Rights Watch dont Ould Bouamatou fait partie des principaux ‘’donateurs’’, d’après des propos tenus par son directeur adjoint de la division moyen orient et Afrique du nord Eric Goldstein.

Malgré l’adoption et la mise en œuvre d’une feuille de route pour l’éradication des séquelles de l’esclavage concertée et approuvée par les nations unies, Amnesty n’a pas pris en compte ces progrès et donc n’a pas voulu décevoir ses nouveaux donateurs hostiles au pouvoir en place à Nouakchott.

Une chose est certaine, la collision prouvée entre des Ongs et des opposants économiques poursuivis pour ‘’blanchiment, corruption  aggravée et évasion fiscale’’ n’est pas de nature à crédibiliser les rapports sur les droits de l’homme encore moins à contribuer à l’amélioration de la situation des droits de l’homme dans nos pays.

Dépêché sur place aux frais de l’homme d’affaires Ould Bouamatou, le président de l’Ong IRA Biram Dah Abeid n’a pas pu prendre part à la présentation du rapport, les autorités sénégalaises ayant déjà mis en garde contre toute exploitation à des fins politiciennes,  propagandistes et mensongères des activités liées aux droits de l’homme par des éléments à la solde de Bouamatou et de pseudo-opposants.

Bahah O. Sadvi

Articles liés