Économie

Solutions innovantes pour l’accès à l’énergie: un projet mauritanien parmi les 09 lauréats

Le jeudi 15 mars dernier, le ministre français de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), ont annoncé les neuf projets lauréats de l’appel à projets « Solutions innovantes pour l’accès à l’énergie hors réseaux »

Parmi les neuf lauréats : le projet « Charbon typha industriel » en Mauritanie, porté par l’ONG GRET en partenariat avec l’Institut supérieur d’enseignement technologique de Rosso (Mauritanie). Il concerne la « mise en place de deux lignes de production industrielles pilotes de biomasse énergie à partir du Typha domingensis, plante invasive du fleuve Sénégal, en alternative au charbon de bois, cause de la dégradation des sols au Sahel ».

« L’amélioration de l’accès à l’énergie par le développement des énergies renouvelables en Afrique s’inscrit pleinement dans les objectifs de développement durable de l’agenda 2030 et je suis fier que nous soutenions ce mouvement », a déclaré Nicolas Hulot lors de l’annonce des neuf projets lauréats de l’appel à projets « Solutions innovantes pour l’accès à l’énergie hors réseaux », le 15 mars dernier. Pour cet appel à projets, l’Ademe a reçu 92 candidatures. Les neuf projets sélectionnés ont un budget total de 5,8 millions d’euros, avec une aide de l’Ademe à hauteur de 1,8 million d’euros.

« Les innovations proposées, et qui seront expérimentées, portent sur différentes technologies de production d’énergies renouvelables (systèmes hybrides, solaire, hydrolien fluvial, biomasse…) mais aussi sur des technologies innovantes d’utilisation de l’énergie renouvelable (irrigation, agriculture, dessalement, mobilité) », précisent le ministère et l’Ademe dans un communiqué commun.

Les huit autres lauréats de l’appel à projets « Solutions innovantes pour l’accès à l’énergie hors réseaux » sont les suivants.

– Le projet « Emper », au Togo, porté par la PME française Benoo Enrgies en partenariat avec des entreprises et ONG togolaises, la région Nouvelle Aquitaine et une société belge. Il a pour but de réaliser des kiosques solaires évolutifs, « qui fournissent des services énergétiques tout en exploitant les données pour accompagner les futurs besoins énergétiques et les habitudes de consommation, avec un modèle de leasing permettant à l’entrepreneur d’acquérir à terme le kiosque et une application mobile réplicable lui permettant de gérer ses différentes opérations financières.

– Le projet « Sisam » au Burkina Faso, au Bénin et au Togo, porté par l’ONG française Electriciens sans frontières en partenariat avec des ONG africaines et néerlandaises. Il doit « favoriser l’émergence de moyens d’irrigation durables et accessibles pour les petites exploitations maraîchères au Burkina Faso, au Bénin et au Togo (Solution innovante d’Irrigation Solaire Améliorée (SISAM): optimisation technique, accessibilité financière, maintenance, impact environnemental) ».

– Le projet « E-Zem » au Bénin, ou Burkina Faso, ou Ouganda (une étude est en cours pour déterminer le territoire d’application). Il prévoit la « vente en leasing de motos et tricycles électriques aux chauffeurs de moto taxi et rechargement des batteries à travers un réseau de stations dans lesquelles les batteries sont stockées et rechargées grâce au photovoltaïque. Cette approche permet une amélioration des revenus des chauffeurs (qui deviennent propriétaires) et un meilleur service (formation et équipement de sécurité pour chauffeurs et passagers) ».

– Le projet « Paygo et microfinance » au Bénin, partenariat entre l’association française Pamiga, des institutions de microfinance béninoises, l’entreprise béninoise Aress et la start-up française MyJouleBox. Il compte faire « la promotion de solutions solaires équipées d’une technologie de compteurs innovants dédiée au Pay As You Go en zone rurale (comprenant un réseau de distribution « last mile » composé de 50 entrepreneurs énergie) ».

– Le projet « Desolsa » au Cap Vert, porté par la société française Mascara, en partenariat avec une entreprise et une commune capverdiennes. Il s’agit d’un projet de « réalisation d’une unité de dessalement solaire d’une capacité de 20 m3 /j avec un générateur solaire de 22 kWc et formation pour l’exploitation et la maintenance ; intérêt de développer des unités de petites capacités « low tech » à faible coût, robustes et largement diffusables (contexte humanitaire notamment) ».

– Le projet « Ambatoloana » à Madagascar, porté par la PME française Guinard Energies en partenariat avec une ONG française et une société malgache. Ce projet va « tester la faisabilité opérationnelle d’un démonstrateur de petite hydrolienne P66 GUINARD et d’un ensemble de panneaux solaires avec batteries pour une capacité de 10kWc et une production journalière de 80kWh; identifier les opportunités de développement des énergies hydrocinétiques dans le quart nord-est de Madagascar ».

– Le projet « Pivert » au Bénin, porté par Solidarité entreprise Nord Sud, société coopérative d’intérêt collectif franco-béninoise, en partenariat avec des collectivités et entreprises béninoises. Ce projet va « diffuser le modèle économique et organisationnel innovant pour l’accès à l’énergie en milieu rural « PIVERT » (Pôles d’Innovation Verte, d’Energie Rurale et de Transformation) au Bénin et en Afrique Subsaharienn ».

– Le projet « Electrification latérale » à Madagascar, porté par la start-up française Nanoé, en partenariat avec le Club ER (Association africaine pour l’électrification rurale) et des sociétés françaises et malgaches. Ce projet a pour but de générer « l’électrification de 5000 foyers ruraux par 100 entrepreneurs ; l’industrialisation des innovations pour réplication à grande échelle ; et une capitalisation », via la « diffusion et l’interconnexion progressives de nano-réseaux électriques par des entrepreneurs locaux reposant sur des innovations technologiques et organisationnelles ».

http://www.environnement-magazine.fr/

 

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *