Actualités

Abdou Dieng, représentant régional du PAM : « Nous sommes disposés à travailler avec la Mauritanie pour mobiliser de l’aide supplémentaire »

« Comme nous l’avons entendu et constaté sur le terrain, la pluviométrie, cette année, n’a pas été bonne en Mauritanie » a déclaré le représentant régional du PAM pour l’Afrique de l’Ouest et centrale. Abdou Dieng s’exprimait mercredi après-midi à Nouakchott au cours d’une conférence de presse. Ce déficit pluviométrique, a indiqué le représentant régional, « aura des conséquences négatives sur les récoltes et pâturages. » Il a annoncé qu’une mission composée de représentants de l’Etat mauritaniens et ses partenaires  est en cours et présentera ses conclusions. « Nous sommes disposés à travailler aux cotés du gouvernement mauritanien pour mobiliser de l’aide supplémentaire dans les mois à venir » a déclaré Abdou Dieng car, a-t-il ajouté « Il y aura des récoltes insuffisantes et  si la tendance continue les  populations ne pourront pas survivre jusqu’aux prochaines récoltes.»

Un plan pour le Sahel

La Mauritanie a indiqué le représentant régional, « comme beaucoup de pays du Sahel, est confrontée à des chocs climatiques avec sécheresse  et inondations cycliques. » Les dernières années, dans ces pays du Sahel, n’ont pas été très mauvaises, a dit Abdou Dieng mais, aujourd’hui, constate-t-il « la situation n’est pas bonne et c’est pourquoi le PAM travaille sur des programmes de résilience. « Nous avons un plan bien établi qui sera révélé dans les jours ou semaines à venir » a révélé Monsieur Dieng.

 

Couverture de 25 à 30% des besoins alimentaires

Le représentant résident et Directeur  du PAM a noté que la Mauritanie est un pays « structurellement déficitaire d’un point de vue production agricole. « Quelques soit le niveau de pluviométrie en Mauritanie, le niveau de production ne couvre guère plus que 25 à 30 % des besoins alimentaires » a indiqué Jean-Noël Gentile. Il a ajouté que la situation est « particulièrement préoccupante cette année pour les populations  vulnérables qui sont déjà en insécurité alimentaire. « Pour une année normale, les niveaux d’insécurité alimentaire en Mauritanie sont entre 25 et 30% en période de  soudure et entre 15 et 20% en période post-récolte » a dit Gentile. Ce niveau d’insécurité alimentaire pourrait, a-t-il prévenu, « s’aggraver » du fait de la faible pluviométrie. Il  en est de même a dit le représentant du PAM pour les taux de malnutrition aiguë. « Nous constatons en période de soudure, dans les années normales, des taux de malnutrition aiguë entre 10 et 15%, donc dans une année de mauvaise production, on pourrait s’attendre à une aggravation supplémentaire de ces taux de malnutrition aiguë » a annoncé le représentant du PAM.

Réfugies maliens en Mauritanie

Au cours de la conférence de presse, le représentant régional du PAM a remercié les autoritaire mauritanienne pour l’accueil des 52 000 refugié maliens.

Pour  l’année 2017, le PAM avait alerté sur un déficit de financement au profit de ces réfugiés. La situation, a indiqué le représentant du PAM en Mauritanie,  vient de s’améliorer « notre souci est qu’à partir de janvier prochain, nous n’avons pas identifié de contributions pour assister les 52 000 réfugies maliens en Mauritanie.» Les besoin de ces réfugies sont estimés par le PAM, pour 2018,  à 15, 4 millions de dollars US. Pour les populations locales des autres régions de la Mauritanie, les besoins sont estimés à 18 millions de dollars Us.

Articles liés