Actualités

Une affaire d’agression sexuelle révèle l’existence d’une base militaire américaine en Tunisie, précisions

L’affaire remonte à l’été dernier, a révélé le journal américain Air Force Times, lundi 28 août 2017. Le jugement émis par la cour martiale concerne le lieutenant-colonel Denis Paquette, accusé d’avoir enfreint un ordre général en buvant de l’alcool dans une zone de déploiement et d’avoir sexuellement abusé d’une aviatrice de première classe.

Le journal nous apprend surtout que Paquette était « commandant du 722e Escadron de la base aérienne expéditionnaire de Sidi Ahmed [Bizerte] en Tunisie durant l’été 2016 », lorsque les incidents ont eu lieu.

Selon l’article du Star and Stripes cité par Air Force Times, le lieutenant-colonel Denis Paquette a été chargée de « tenir l’escadron dans un endroit secret en Afrique pour mener des opérations aériennes sans pilote ». Un détail qui irait à l’encontre des démentis émis notamment, par le ministère tunisien de la Défense et du général à la retraite Rachid Ammar, qui disait même qu’une telle présence est impossible, et qui viendrait ainsi confirmer la version du Washigton post, qui a révélé le 26 octobre 2016, que le Pentagone « a élargi son réseau mondial de bases de drones en Afrique du Nord, en déployant des avions sans pilote ainsi que du personnel militaire américain en Tunisie, et ce pour effectuer des missions d’espionnage en Libye voisine ».

Néanmoins, il faut rappeler que la présence de soldats américains sur le sol tunisien n’est pas chose impossible d’autant plus que la coopération militaire entre les deux pays s’est renforcée ces dernières années. La base de Sidi Ahmed semble être l’une des bases tunisiennes qui pourraient accueillir un escadron militaire américain dans le cadre de cette coopération.

businessnews

Articles liés