Opinions

Des pots de vin colossaux du Maroc pour rejoindre l’Union africaine

Le Retour du Maroc dans le giron de l’Union Africaine s’est fait à la faveur de pratiques peu orthodoxes . c’est ce qui ressort de révélations faites par des experts et des chercheurs africains .

C’est en utilisant la corruption à une grande échelle que le Maroc de Mohamed VI a pu retrouver son fauteuil au sein de la famille africaine qu’il avait quitté il y a plus de 30 ans.
En effet, des pots de vin colossaux ont été versés aux diplomates africains pour permettre au Maroc de rejoindre l’union africaine .

En dépit de sa flagrante violation des objectifs de l’acte constitutif de l’Union africaine qui exige le respect de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance de ses États membres», et le «Respect des frontières des indépendances » et la «Prohibition de la L’utilisation de la force ou la menace d’utiliser la force entre les États membres de l’Union « Le Maroc occupe par la force militaire le Sahara occidental réclamé par la République Arabe Sahraouie démocratique membre de l’UA.

Le Maroc tout en voulant rejoindre l’union africaine il déclare également Joachim Chissano, envoyé spécial de l’Union africaine au Sahara occidental, une persona non grata dans les territoires sahraouis occupés et même au Maroc. Malgré toutes ces violations manifestes du Maroc , le Roi marocain a été accueilli dans les locaux de l’Union africaine en tant que libérateur africain. Une admission qui, étrangement, a eu lieu avec une majorité relaxante.

Comment le retour du Maroc a été obtenu ?

L’adhésion du Maroc à l’Union africaine a été le résultat d’une politique de lobbying dans laquelle une campagne de corruption de grande envergure a été sa pierre angulaire.
Comme le montrent les courriers électroniques, Moha Tagma, directeur des Affaires africaines au ministère des Affaires étrangères du Maroc, a informé son supérieur hiérarchique du ministre marocain des affaires étrangères sur son plan d’action.

Dans une note qu’il a envoyée à son ministre le 5 mai 2014, il a présenté des « propositions pour les préparatifs entrepris pour le prochain Sommet de l’Union africaine » qui se tiendraient à Addis-Abeba. Il suggère de donner des «enveloppes individuelles de 5000 euros pour chaque ami» et il énumère les «amis» qui représentent les délégations des pays suivants: Sénégal, Guinée, Côte d’Ivoire, Gabon, Burkina Faso, Bénin, Togo, Comores, Djibouti, Niger Cameroun, Guinée équatoriale, Guinée-Bissau, Tchad, Sierra Leone, Libéria, Somalie, Soudan, Madagascar, Malawi, Maurice, Seychelles, Mali, Érythrée et Mauritanie (Président du Conseil de l’UA) « .

Le pouvoir de la corruption

Dans une autre note datée du 4 juin 2014, Moh Tagma a proposé de donner à Jean-Baptiste Natama du Burkina Faso, 2 500 $ comme incitation à le faire continuer à travailler avec nous. »Jean-Baptiste Natama était le chef d’état-major de la présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, d’octobre 2012 à février 2015. Il a été chargé de filtrer des documents confidentiels de la Commission africaine au diplomate marocain Moha Oualki Tagma, qui est actuellement Ambassadeur du Maroc à Nigeria.
Le 29 juillet 2016, la nouvelle vision de l’Afrique du Maroc, nouvelle vision de l’Afrique (NOV AFRIQUE), a décerné à Jean-Baptiste Natama le «prix international PADEL 2016 pour le meilleur promoteur de la diplomatie en Afrique».

Des visites royales infructueuses

Le Maroc a donc acheté un siège à l’Union africaine par l’arme de la corruption. Le développement économique supposé pour le bien-être de la nation africaine n’est plus qu’un écran de fumée dans l’agenda principal marocain; Entravant le rôle croissant de l’Union africaine dans le processus d’organisation d’un referendum d’autodétermination au Sahara Occidental.

Les visites à répétition du Roi Mohamed VI dans presque toutes les capitales africaines et les nombreux accords de  »partenariat » et les prises de participation dans les capitaux des sociétés de télécommunications en Afrique . Malgré tous ces  »efforts » déployés depuis l’accession de Mohamed VI au pouvoir, le Maroc n’a pu changer le soutien inébranlable de la majorité des Africains à la cause du peuple sahraoui. Le rôle de l’Union africaine s’est plutôt intensifié et son envoyé personnel, M. Joachim Chissano désigné en 2014 et son intervention devant le Conseil de sécurité de l’ONU en 2016 a accentué l’isolement du Maroc devant une Afrique unifiée sur le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

#MoroccoLeaks: Morocco colossal bribes to African diplomats prior to its joining the African Union

Madani Tayib

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *